Page d'accueil Actualité
Le métropolite Hilarion : « C’était un torrent de&…

Le métropolite Hilarion : « C’était un torrent de propagande athée »

Le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a raconté au service russe de la BBC pourquoi la théologie doit être enseignée dans les établissements d’enseignement supérieur, ce qu’il pense du film « Mathilde » et de la situation religieuse en Ukraine. Le métropolite était interrogé par Anastasia Gobouleva, correspondant du service russe de la BBC.

  • Le ministère de l’Instruction, Olga Vassilieva, a récemment raconté que le nombre de places budgétaires en théologie serait augmenté dans les prochaines années. Faut-il s’attendre à une brusque augmentation du nombre de départements de théologie dans les universités laïques d’ici quelques temps ?
  • La théologie se fait peu à peu une place dans l’espace universitaire. C’est un processus naturel. Il n’est pas dicté d’en-haut, mais par la situation. En Occident, toutes les grandes universités ont débuté par une faculté de théologie : on créait une école de théologie, puis, progressivement, les autres sciences venaient s’y ajouter. En Russie, la situation est différente, car les académies de théologie existaient avant les universités. Lorsqu’on a créé des universités, il existait déjà un réseau d’écoles de théologie, et il n’était pas nécessaire de fonder une faculté de théologie dans les universités.

Dans le contexte actuel, une université sans faculté de théologie, c’est une université déficiente. Elle n’offre pas les mêmes possibilités que celles où toutes les sciences humaines sont représentées. Le mot même d’université ne suppose pas une étroite spécialisation, mais un large ensemble de connaissances : le diplômé d’une université, c’est quelqu’un qui est érudit dans les domaines les plus différents.

Lorsque nous avons ouvert une chaire de théologie à l’Université nucléaire de Moscou, beaucoup ont demandé : « A quoi sert la théologie aux physiciens nucléaires ? » Il se trouve qu’ils en ont besoin : les étudiants viennent très volontiers à ces cours. Lorsque j’y ai fait des conférences, la salle était pleine, près de 400 personnes s’y rassemblaient. Des personnes de confessions différentes, d’ailleurs, il y avait des musulmans et des juifs.

  • Existe-t-il des projets ou des accords établis avec les établissements, avec les recteurs, sur l’ouverture de nouveaux départements de théologie ? Devons-nous nous attendre à l’ouverture d’une chaire de théologie au MGU ou à l’Université technique Bauman ?
  • Nous avons passé beaucoup d’accords, mais je n’aime pas en parler avant que tout soit prêt. Sinon il y a des gens tout prêts à intervenir.

Lorsque nous avons organisé la première soutenance de thèse de théologie de l’histoire en Russie, des représentants de la communauté biologique, des athées, ont visiblement voulu l’empêcher. Ils nous en envoyé cinq avis défavorables, alors que personne ne leur avait rien demandé.

D’après la loi, nous devons en tenir compte, et nous avons lu ces longs avis, ce qui a pris deux heures. C’était un torrent de propagande athée dans l’esprit de celle que j’entendais dans les années 70-80. On accusait le candidat de partir de l’hypothèse de l’existence de Dieu. « Si vous croyez en Dieu, cela veut dire que vous ne pouvez être un scientifique », c’est ainsi que ces biologistes expliquaient leur point de vue.

Nous estimons que la religion ne contredit pas la science, et que la théologie est une science humaine.

Cette thèse de théologie rédigée par le père Pavel Khondzinski, c’est un travail scientifique. Elle répond à ce qui est exigé d’un travail scientifique.

Comme le disait l’un de ces biologistes « on ne peut considérer comme scientifiques des données obtenues grâce à une révélation ou à une illumination ». Mais le père Pavel Khondzinski a produit les données qu’il a lui-même obtenues, non pas suite à une révélation ou à une illumination, mais grâce à des recherches scientifiques, à un travail de recherches dans les archives et les bibliothèques, brassant un matériel très dense, notamment historique. J’estime que c’était un travail hautement professionnel, et ce n’est pas uniquement mon avis.

  • Vous présidez le conseil de soutenance en théologie. Combien de mémoires seront présentés à la Haute commission d’attestation ? Combien y aura-t-il de docteurs en théologie ?
  • Nous n’avons pas encore de statistiques. Les thèses n’en sont pas toutes au même stade. Elles sont nombreuses, mais il n’y en a pas cent non plus.

N’importe quelle activité nouvelle a besoin de temps pour se mettre en place. Lorsque des gens présentent leur thèse aux conseils de soutenance des établissements ecclésiastiques, ils savent pourquoi : ils soutiendront leur thèse, deviendront docteurs en théologie, recevront une belle croix doctorale, en bref, ils savent quels avantages attendre.

Quant au conseil de soutenance réuni en théologie, les gens vont se poser la question : qu’est-ce que ce diplôme leur donne ?

Je pense que le principal avantage du grade universitaire reconnu par la Haute commission d’attestation est que l’état reconnaît ce grade. Son titulaire peut donc travailler non seulement dans un séminaire ou une académie de théologie, mais aussi à l’université.

  • Cela fait plusieurs années qu’on parle d’introduire les « fondements de la culture orthodoxe » comme matière obligatoire dans les écoles. Récemment, l’Académie de l’instruction russe a effectué une nouvelle expertise du programme, mais n’a pas pris de décision. Qu’en est-il finalement de cette initiative ?
  • La religion doit être enseignée à l’école de la 1e à la 11e On enseigne à présent « les fondements de la culture orthodoxe », une matière culturelle, à moins que les parents ne préfèrent choisir les fondements de la culture musulmane ou juive, ou l’éducation civique ou un cours général présentant toutes les religions. Et ce sur une seule année, une heure par semaine, le cours entier ne dure que 36 heures.

La religion, c’est un pan immense de l’existence et de la culture humaine. Je pense que les problèmes d’aujourd’hui, notamment le problème de l’extrémisme religieux sont directement liés à l’ignorance dans le domaine de la religion. A quel niveau, si ce n’est au niveau de l’école, peut-on combler ces lacunes ?

Je ne connais pas les détails du processus d’élaboration du cours. Mais, en tant qu’observateur, je peux dire que la société, les parents, notamment, ne comprennent pas à quoi bon étudier la religion ni comment l’étudier.

Pourquoi en Autriche, par exemple, où je suis resté cinq ans en tant qu’évêque orthodoxe, la religion est-elle enseignée pendant 11 ans à l’école laïque ? S’il y a au moins deux élèves orthodoxes dans une école, ils ont le droit de faire venir un prêtre orthodoxe, tandis qu’un prêtre catholique fait la classe aux enfants catholiques. Pourquoi, dans l’Autriche catholique, un prêtre orthodoxe peut-il venir enseigner l’orthodoxie aux enfants à l’école laïque, tandis qu’en Russie orthodoxe, le prêtre orthodoxe n’a pas le droit de venir à l’école pour parler de religion aux enfants ? Ce sont des gens qui n’ont qu’une vague idée de la religion qui leur en parlent à sa place.

Le cours « fondements de la culture orthodoxe » est souvent dispensé par des enseignants qui n’ont que des connaissances de base. Je pense que tant que les confessions traditionnelles ne seront pas responsables de l’enseignement de cette matière à l’école, on ne pourra pas bâtir un système convenable.

  • La religion occupe de plus en plus de place dans le monde scientifique et dans l’enseignement : la théologie a été reconnue par la Haute commission d’attestation, on parle d’introduire un cours élargi de culture orthodoxe dans les écoles. Cela a-t-il un rapport avec le fait que le ministre de l’Instruction, Olga Vassilieva, est proche de l’Église ?
  • Nous entretenons des relations très étroites avec Olga Vassilieva, elle est orthodoxe, c’est une historienne spécialisée dans l’histoire ecclésiastique. Mais je dois dire que la théologie a été reconnue comme discipline scientifique sous le ministère précédent, M. Livanov, et on avait commencé à en parler il y a encore plus longtemps, sous Foursenko et Filippov (Andreï Foursenko et Vladimir Filippov, anciens ministres de l’Instruction). Ils ont tous apporté leur contribution au développement de la théologie en tant que science.

Je pense que ce processus dépend moins des personnalités que de leur bonne volonté. Et nous avons toujours rencontré de la bonne volonté tout au long du processus.

  • Vous avez été le premier représentant de l’Église orthodoxe russe à regarder le film « Mathilde ». Vous vous êtes exprimé très durement, vous avez même parlé « d’apothéose de la vulgarité ». Qu’est-ce qui a suscité pareille réaction ?
  • Sans parler de l’aspect esthétique ou éthique de ce film, je tiens à dire que je regrette que pour l’année de la révolution, alors que nous pourrions réfléchir à ses innocentes victimes, alors que nous pourrions exprimer notre gratitude à ceux qui ont souffert, ce que les gens retiendront à propos de leur dernier tsar, ce n’est pas sa mort tragique, ni l’assassinat de sa femme et de ses enfants, mais une histoire vulgaire et sale qui ne reproduit pas les faits tels qu’ils se sont produits.

J’ai accompagné notre patriarche dans sa visite en Serbie, j’ai participé à l’inauguration d’un monument à Nicolas II sur l’une des places centrales de Belgrade. La Serbie a érigé un monument à notre dernier empereur. Et voilà le monument que nous lui érigeons. J’en suis très peiné.

A part moi, personne (des représentants de l’Église) n’a vu le film. Le président de la Commission patriarcale à la culture (l’évêque Tikhon) a lu le scénario, mais, pour autant que je sache, on lui a demandé sa parole qu’il ne critiquerait pas ce scénario. C’est pourquoi il a dit ce qu’il pouvait dire, mais sans avoir vu le film lui-même.

Je n’ai pas donné ma parole au metteur en scène, Alexeï Outchitel’. Bien plus, lorsqu’il m’a invité à voir le film, je n’ai pas tout de suite accepté, je n’avais pas envie de le voir. Mais j’ai décidé de le regarder lorsque le débat a été lancé dans la société. L’argument principal était alors : « Vous n’avez pas vu, alors ne critiquez pas ». Et je ne voulais pas être de ceux qui critiquent sans avoir vu.

J’ai eu du mal à regarder ce film, parce que c’est un film sur un homme que l’Église vénère comme un saint. J’ai lu des livres : la magnifique correspondance de Nicolas et d’Alexandra, je me souviens d’un livre édité par l’Église hors-frontières, les lettres d’exil de la famille impériale, qui contient des lettres de leurs enfants. Voilà ce dont on aurait pu parler, voilà ce qu’il faudrait montrer.

Je n’idéalise pas Nicolas II. Mais l’Église l’a canonisé, ainsi que sa femme et ses enfants, parce qu’ils ont supporté leurs épreuves avec patience. Dans ce film, les enfants sont complètement absents, l’épouse est présentée comme une abominable sorcière, et l’intrigue est bâtie sur un amour de jeunesse. Effectivement, le dernier tsar a connu un amour de jeunesse, ainsi que le révèlent les documents, notamment son journal intime. Mais je ne peux absolument pas approuver la façon dont c’est présenté dans le film.

  • Pourquoi Outchitel’ vous a-t-il choisi pour présenter son film, et non pas le patriarche ou Tikhon ?
  • Nous étions ensemble, dans la même loge, à l’opéra « Roussalka » de Dargomyjski. Nous avons parlé de la polémique qui commençait autour du film, alors que personne ne l’avait encore vu. Il m’a alors proposé de le regarder, prévenant que ce n’était pas encore une version définitive. Quelques mois plus tard, j’ai décidé de le voir.
  • Récemment, le député Natalia Polonskaïa a dit qu’un paroissien qui avait été voir le film « Mathilde » en projection privée a été excommunié pour six mois. C’est vrai ?
  • Je ne peux pas commenter cette déclaration, je n’ai rien à dire là-dessus, c’est à elle qu’il faut poser la question.
  • Où en sont les relations avec le patriarcat de Kiev ? La discussion des projets de loi sur le statut particulier des organisations religieuses à la Rada a-t-elle envenimé le conflit ?
  • Nous n’avons jamais parlé de relations « entre deux patriarcats », car nous ne reconnaissons pas le « patriarcat de Kiev ». C’est une structure schismatique, elle a été fondée par un homme qui a été excommunié. C’est ce qui est appelé dans les canons une assemblée arbitraire. Nous l’appelons un schisme. Et le seul moyen de guérir un schisme est le retour à l’Église de ceux qui s’en sont écartés.

Ni le chef de ce groupe schismatique, ni son représentant officiel ne cherchent le dialogue. Ils cherchent à dialoguer avec le pouvoir ukrainien, ils se servent de la situation politique pour grignoter à l’Église canonique tout ce qu’ils peuvent : ils lui confisquent ses églises, par usurpation, en utilisant la violence.

L’un des projets de loi entendait légitimer l’usurpation des églises. L’appartenance de l’église à la communauté religieuse aurait été définie par l’auto-identification de ses membres. Lorsque les membres de la communauté ne sont enregistrés nulle part, n’importe quel groupe peut pénétrer dans l’église, s’en emparer et dire : « Nous sommes les paroissiens, nous sommes les propriétaires de cette église, nous la remettons à une autre confession religieuse ».

L’autre projet de loi devait doter d’un statut particulier les confessions religieuses dont le centre se trouvait dans un « état-agresseur ». Il n’y a qu’une seule confession concernée, c’est l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou. Toutes les nominations au sein de cette Église auraient dû être confirmées par les autorités. Pourtant, l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou est auto-administrée, c’est-à-dire que Moscou n’intervient aucunement dans sa direction.

Les fidèles ne soutiennent pas ce projet, d’autant plus lorsqu’il s’agit de réunir l’Église canonique à une structure schismatique. Si les structures veulent s’unir, elles le font elles-mêmes. Cela ne peut pas se faire sur ordre du pouvoir, d’autant plus à coup de mesures discriminatoires.

La menace est encore réelle. Dans le contexte de confrontation politique actuel, tout est possible.

On mélange les affaires politiques avec les affaires de l’Église, mais il ne faut pas les mélanger. Je pense que cette division qui existe aujourd’hui dans la société ukrainienne tient pour beaucoup à la division qui s’est faite au sein de l’Orthodoxie.

Поделиться:
Le patriarche Cyrille a félicité le métropolite Porphyre de son élection au siège patriarcal serbe

18.02.2021

Réunion du Haut Conseil de l’Église orthodoxe en vidéoconférence

11.02.2021

Le président russe a présenté ses félicitations au patriarche Cyrille pour l'anniversaire de son intronisation

01.02.2021

Le métropolite Hilarion : Sous le patriarche Cyrille, la renaissance de l’Église a reçu une nouvelle impulsion

31.01.2021

Interview de Sa Sainteté le patriarche Cyrille à la chaîne de télévision « Rossia » pour Noël

07.01.2021

Le pape François a présenté ses vœux au patriarche Cyrille pour la fête de la Nativité du Christ

07.01.2021

Message de Noël du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie

06.01.2021

Félicitations de Sa Sainteté le patriarche Cyrille à Joseph Baiden de son élection au poste de président des États-Unis d’Amérique

15.12.2020

Condoléances du primat de l’Église orthodoxe russe pour le décès du patriarche Irénée de Serbie

20.11.2020

Condoléances de Sa Sainteté le patriarche Cyrille après l’incendie survenu dans un hôpital de la ville roumaine de Piatra Neamţ

17.11.2020

Message du patriarche Cyrille au primat de l’Église albanaise

16.11.2020

Condoléances du patriarche Cyrille suite à l’assassinat de fidèles de l’Église éthiopienne, à Oromia

06.11.2020

Condoléances du patriarche Cyrille après l’attentat meurtrier de Vienne

03.11.2020

Condoléances de Sa Sainteté le patriarche Cyrille à la suite du tremblement de terre survenu au sud de la Turquie

31.10.2020

Condoléances du primat de l’Église orthodoxe russe pour le décès du métropolite Amphiloque du Monténégro et du Littoral

30.10.2020

Le métropolite Hilarion : Les chrétiens du Proche-Orient ont besoin de notre compassion et de notre prière

22.02.2021

Le métropolite Hilarion a rappelé que la cause des schismes dans l’Église était toujours le péché

22.02.2021

Le but de ceux qui critiquent la politique étrangère de l’Église russe est de déséquilibrer l’Église elle-même, estime le métropolite Hilarion

22.02.2021

Sous le nouveau patriarche serbe, les rapports entre les Églises russe et serbe devraient rester aussi fraternels, estime le métropolite Hilarion

21.02.2021

Réunion du Haut Conseil de l’Église orthodoxe en vidéoconférence

11.02.2021

Le métropolite Hilarion : l’œuvre de Dostoïevski prêche les idéaux évangéliques

09.02.2021

Le métropolite Hilarion sur la suppression des articles anticléricaux de la législation monténégrine

07.02.2021

L’attachement à l’ancien rite n’est pas un obstacle à l’unité

07.02.2021

Le métropolite Hilarion : La restauration de l’unité dans notre famille orthodoxe commune n’est possible qu’avec l’abandon des fausses ecclésiologies

01.02.2021

Le métropolite Hilarion : Sous le patriarche Cyrille, la renaissance de l’Église a reçu une nouvelle impulsion

31.01.2021

Le métropolite Hilarion : L’utilisation de symboles LGBT à côté de symboles chrétiens est blasphématoire

31.01.2021

"L’interaction des paroisses de l’étranger avec les représentants du Rossotroudnitchestvo est tout à fait naturelle"

30.01.2021

Interview du métropolite Hilarion de Volokolamsk au portail « Romfea »

26.01.2021

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré le chef de la mission diplomatique française à Moscou

25.01.2021

Le métropolite Hilarion : Le politiquement correct ne doit pas intervenir dans ce qui est sacré pour des millions d’hommes

25.01.2021

Le métropolite Hilarion : l’œuvre de Dostoïevski prêche les idéaux évangéliques

09.02.2021

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur a empli les eaux du Jourdain de Sa présence pour y laver les péchés des hommes

19.01.2021

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur permet à chacun de s’approcher du Royaume céleste dès cette terre

18.10.2020

Le métropolite Hilarion : La Mère de Dieu intercède pour chacun de nous devant le Roi des Cieux

14.10.2020

Fête de saint Serge de Radonège à la laure de la Trinité-Saint-Serge

08.10.2020

Le métropolite Hilarion : Le Royaume des cieux que Dieu a préparé est ouvert à tous

04.10.2020

Le métropolite Hilarion : La croix, instrument de mort honteux, est devenu le symbole du salut de millions d’hommes

27.09.2020

Le métropolite Hilarion : la Mère de Dieu nous est donnée comme Médiatrice céleste et souveraine, qui intercède pour notre salut

21.09.2020

Le métropolite Hilarion : L’Eucharistie est le repas de noces auquel le Seigneur Jésus Christ convie chaque de nous

13.09.2020

Le métropolite Hilarion : La foi est capable d’inspirer des prouesses dans la vie terrestre et d’ouvrir les portes de la vie éternelle

11.09.2020

Le métropolite Hilarion : La foi seule est insuffisante au salut

30.08.2020

Le métropolite Hilarion : La présence invisible de la Reine des Cieux se fait sentir dans nos vies

28.08.2020

Le métropolite Hilarion : Dieu est prêt à donner à chacun le don étonnant de la foi, mais il faut être prêt à le recevoir

16.08.2020

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur nous prie de chercher avant tout le Royaume de Dieu

28.06.2020

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur appelle tous les hommes à la sainteté

14.06.2020

Retour d'information

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Envoyer un message