Une conférence sur « La Transcarpatie et l’Athos : des liens culturels et spirituels » s’est tenue le 6 novembre 2019 à Oujgorod (Ukraine).

50 spécialistes (dont 38 présents), originaires de neuf pays (Ukraine, Hongrie, Grèce, Moldavie, Pologne, Russie, Slovaquie, Serbie et Tchéquie), ont pris part à cet évènement, organisé à l’occasion du 120e anniversaire de la naissance du starets transcarpate et athonite Habbacuc (Vakarov, 1899-1972), fils spirituel de saint Alexis (Kabaliouk) de Transcarpatie et de saint Silouane l’Athonite. Le père Habbacuc fut longtemps économe au Mont Athos, membre du Conseil des startsy et antiprosope (représentant plénipotentiaire) du monastère Saint-Pantéléimon au Saint-Kinote de l’Athos.

La conférence était organisée par le diocèse de Moukatchevo (Église orthodoxe ukrainienne), le centre de recherches historiques et théologiques Archimandrite-Basile (Pronine), l’Institut international du patrimoine hagiorite, les Archives de l’Église orthodoxe serbe, la Faculté de théologie de l’Académie de théologie chrétienne de Varsovie, et d’autres organismes culturels.

Le métropolite Onuphre de Kiev et de toute l’Ukraine, primat de l’Église orthodoxe ukrainienne, avait envoyé un message, lu au début de la conférence. Le primat rappelait que des dizaines de moines originaires de Transcarpatie avaient été confesseurs et supérieurs de monastères athonites. Beaucoup de ces ascètes, dont la vie fut étroitement liée à l’Athos, ont été canonisés.

Le métropolite Antoine de Borispol et de Brovary, chancelier de l’Église orthodoxe ukrainienne, a prononcé un discours d’ouverture. Mgr Antoine a déclaré que, sous l’influence des moines athonites, « le monachisme orthodoxe s’est répandu peu à peu en Transcarpatie, si bien que les hagiorites eux-mêmes ont surnommé cette région « le petit Athos » ». Ce sont les startsy venus de l’Athos en Transcarpatie qui ont « défendu et préservé Saint-Pantéléimon en tant que monastère et en tant que centre du monachisme athonite russe. Ils ont obtenu le rétablissement des liens spirituels entre leur monastère et l’Église orthodoxe russe, rompus après 1917 ».

Un message de Sa Béatitude le métropolite Rostislav, primat de l’Église orthodoxe des terres tchèques et de Slovaquie, a aussi été lu. Ensuite, le métropolite Théodore de Moukatchev et d’Oujgorod a prononcé une première communication.

A la fin de la rencontre, a été présenté un nouveau livre, « Un starets athonite de Transcarpatie. Le hiéromoine mégaloschème Habbacuc (Vakarov) et son temps : 1899-1972 ». Pendant la seconde partie de la conférence, les participants ont présenté différentes communications, suivies de discussions autour des thèmes soulevés, informe l’Union des journalistes orthodoxes, se référant à l’Institut international du patrimoine hagiorite.