« C’est avec un cœur lourd que nous avons appris la nouvelle de l’incendie de l’une de vos églises de la région de Lvov. Nous nous empressons d’exprimer notre sincère compassion et de vous assurer de nos prières pour la stabilité et la paix dans votre diocèse » est-il écrit dans le message que le primat de l’Église orthodoxe de Constantinople a adressé à l’archevêque Philarète de Lvov et de Galicie.

Rappel des faits, le 3 février 2018, des radicaux ont incendié une église de Lvov appartenant à l’Église orthodoxe ukrainienne canonique et dédiée à saint Vladimir. Selon le patriarche Bartholomée, « semblables actes de violence démontrent clairement combien sont destructrices et dangereuses les idéologies politiques privées du message salutaire du Nouveau testament, qui nous a délivré des idéaux athées et proclame qu’en Christ il n’y a ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme, car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus (Ga 3, 28). « Les crimes commis au nom de la religion sont certainement des crimes contre la religion » a souligné Sa Sainteté, constatant que toute manifestation de violence dirigée contre une maison de prière ne faisait que renforcer la tension et la division.

Le patriarche Néophyte de Bulgarie a également envoyé une lettre exprimant sa compassion. Le message qualifie les actes des incendiaires d’action immonde de profanation de la maison de Dieu. « L’incendie d’une église est essentiellement un acte anti-chrétien, commis dans le but de semer l’hostilité et la haine entre les citoyens ukrainiens » assure Sa Sainteté. Le patriarche Néophyte condamne catégoriquement ce méfait barbare et s’est adressé aux organes compétents de l’Ukraine pour les appeler à s’opposer de toutes leurs forces à semblables phénomènes négatifs au sein de la société.

L’incendie de l’église Saint-Vladimir de Lvov a aussi suscité la réaction du primat de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie. Dans sa lettre à l’archevêque Philarète, le métropolite Rostislav affirme : « C’est avec une grande douleur que j’ai appris la nouvelle de l’incendie commis contre l’église Saint-Vladimir, dans le diocèse confié à vos soins. J’exprime mon soutien à Votre Éminence et je prie pour que le Seigneur affermisse les fidèles enfants de l’Eglise orthodoxe ukrainienne dans la foi et dans la piété. » Le métropolite Rostislav se dit certain que « cet acte a été commis par des gens n’ayant aucun rapport ni avec la foi, ni avec l’Église » et méritant « d’être fermement blâmés et condamnés ».

« Il s’agit visiblement d’une provocation destinée à faire monter la haine religieuse et l’hostilité dans la société, et que rien ne peut justifier dans un pays ayant de profondes traditions chrétiennes, a souligné le primat de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie. Je prie le Seigneur d’inspirer ceux dont dépendent la stabilité et la coexistence pacifique dans la société ukrainienne, indépendamment des convictions religieuses de chacun. »

Le métropolite Amphiloque du Littoral (Église orthodoxe de Serbie) mentionne dans sa lettre au métropolite Onuphre de Kiev et de toute l’Ukraine les nombreux cas d’attentats contre les églises de l’Église canonique. «D’inquiétantes nouvelles sur la difficile position de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou en Ukraine nous ont incité à vous adresser cette lettre de soutien, souhaitant à vous et aux fidèles qui vous sont confiés que le seul juste Juge vous aide et vous défende. Nous avons particulièrement été alarmés au sujet de l’église de la Dîme de Kiev et de l’église Saint-Vladimir de Lvov, qui ont fait l’objet d’attaques de la part d’extrémistes radicaux, dans les cœurs desquels se sont implantées l’envie et la haine du prochain au lieu de la charité », écrit-il.

Mgr Amphiloque assure le métropolite Onuphre de ses prières pour la multiplication de la charité fraternelle en Ukraine, pour la cessation de tous les conflits et de tous les malheurs qui frappent le pays ces dernières années. Il le prie aussi de transmettre l’assurance de son soutien à l’archevêque de Lvov et de Galicie, ainsi qu’à ses ouailles.

« Nous espérons que la justice et le bon sens finiront par triompher en Ukraine et que Kiev sera dans l’avenir digne d’être appelée la capitale de saint Vladimir, a souligné l’hiérarque de l’Église orthodoxe serbe. Nous voulons aussi espérer qu’un des principaux droits de l’homme, le droit à la liberté de confession religieuse sera respecté par les autorités de l’Ukraine, défendant ainsi les droits de la seule Église orthodoxe canonique, dont vous êtes le primat. »

Des lettres de soutien avaient auparavant été envoyées par l’évêque Joannice de Budimlje and de Nikšić (Église orthodoxe serbe), l’évêque Jean de Pakrac et de Slavonie (Église orthodoxe serbe) et le métropolite Pantéléimon de Veria, Naoussa et Campania (Église orthodoxe de Grèce).