Le 28 novembre 2011, a eu lieu à Erevan une rencontre tripartite des leaders religieux de Russie et de Transcaucasie, à laquelle ont pris part le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, Allahsukur Pasa-zade chef de la Direction des musulmans du Caucase et le Patriarche-Catholicos de tous les Arméniens Garéguine II. Un document a été publié à la suite de la rencontre.

Nous sommes de nouveau réunis aujourd’hui pour chercher une solution aux conflits et contribuer à l’établissement d’une paix juste dans le Caucase. Poursuivant la tradition des précédentes rencontres, nous confirmons que le travail du clergé et des fidèles est apte à influer directement et positivement sur la situation dans notre région.

Malheureusement, de nombreux peuples de la région sont toujours divisés par la haine et la méfiance. Nous subissons tous les conséquences de conflits mal réglés. Les radicaux politiques et les autres forces destructives tentent d’utiliser les différences nationales et religieuses pour donner un fondement à des déclarations et à des actes radicalement étrangers aux traditions religieuses.

Nous nous prononçons fermement pour la résolution exclusivement pacifique et légale des problèmes existant. Nous invitons les hommes politiques à donner une nouvelle impulsion au dialogue en vue du règlement des divergences empêchant une paix durable au Caucase. Les leaders spirituels sont prêts à prendre une part sérieuse à ce dialogue.

Nous appelons à promouvoir les processus d’intégration dans tout l’espace post-soviétique, dans toutes les couches de la société, dont les minorités religieuses, y compris dans le domaine de la réalisation de leur identité nationale, de la garantie de la liberté de confession et d’activité religieuse, afin qu’il leur soit donnée possibilité de développer leur culture et de conserver leur langue. Il est essentiel de se préoccuper des réfugiés et des exilés.

Nous estimons que les médias, en particulier électroniques, font trop peu pour soutenir la collaboration interreligieuse et internationale. Une large audience devrait être accordée non aux extrémistes, qui sèment la discorde et la haine, mais aux leaders des communautés religieuses et nationales qui prêchent la paix et ont l’intention de dialoguer entre eux.

Nous témoignons de ce que les rencontres des chefs religieux de nos pays ont non seulement largement contribué à la cessation du stade armé des conflits, mais ont également évité le passage de ces conflits à une confrontation religieuse.

Nous croyons qu’il est important de poursuivre les efforts de médiation en vue du règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh sur la base du droit international dans le cadre du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Nous soulignons que le processus de règlement pacifique du conflit exige des efforts constants pour le renforcement du régime de cessez-le-feu et des mesures de confiance. Tout en saluant la signature d’accords sur l’échange de prisonniers de guerre et le rapatriement des corps des victimes, nous appelons résolument les belligérants à démontrer leur attachement à la paix, à la stabilité dans la région et aux normes communément admises du droit international, à s’entendre sur le retrait des tireurs d’élite des positions avancées et de confirmer par des actes leur volonté de remplir strictement les obligations prises devant la communauté internationale.

Partageant l’inquiétude des personnes préoccupées par la destruction de monuments historiques et culturels, nous déclarons notre intention de contribuer par tous les moyens à la conservation de l’héritage culturel des peuples de la région.

Conscients de la responsabilité de la mission qui nous est confiée, nous appelons avec insistance les chefs d’état à poursuivre les efforts nécessaires pour que l’hostilité et la haine appartiennent au passé.

Nous nous adressons aux fidèles des religions traditionnelles de nos pays des paroles d’amour et de paix. Nous espérons que les fidèles sincères continueront à apporter un esprit de réconciliation dans les relations internationales et s’opposeront aux tentatives d’utiliser la religion à des fins malhonnêtes.

Qu’une paix solide et juste soit instaurée sur la terre bénie du Caucase et nos peuples hériteront de la prospérité.

Cheik-ul-islam Allahsukur Pasa-zade, Président de la Direction des musulmans du Caucase Cyrille, Patriarche de Moscou et de toute la RussieGaréguine, Patriarche et Catholicos suprême de tous les Arméniens