Page d'accueil Actualité
Le président du DREE est intervenu à l’ouvert…

Le président du DREE est intervenu à l’ouverture d’une conférence théologique au séminaire orthodoxe Saint-Vladimir de New York

Le 11 novembre 2021, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, est intervenu dans une conférence publique sur le thème « Étudiez les Écritures », dont l’objet est la traduction en anglais des six times de l’ouvrage de Mgr Hilarion, « Jésus Christ. Sa vie, Sa doctrine. » La conférence a lieu au séminaire Saint-Vladimir de l’Église orthodoxe en Amérique, à New York, où le métropolite s’est rendu à l’invitation de Sa Béatitude le métropolite Tikhon de toute l’Amérique et du Canada, avec la bénédiction du patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies.

Avant l'ouverture de la conférence, le recteur du séminaire Saint-Vladimir a donné un banquet en l'honneur du président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou.

Ouvrant la conférence, l’archiprêtre Chad Hatfield, président du séminaire, a parlé de la coopération entre son établissement, les éditions « SVS Press » et le métropolite Hilarion, auquel le titre de docteur en théologie du séminaire Saint-Vladimir a été conféré en 2014. En une décennie, dix-huit livres du métropolite Hilarion ont été traduits en anglais et publiés, dont 4 des six tomes de la monographie « Jésus Christ. Sa vie, Sa doctrine ». Le dernier des tomes traduits est consacré aux paraboles de Jésus Christ, sujet de la communication du métropolite Hilarion.

Dans la première partie de son exposé, le métropolite Hilarion a d’abord fait la genèse de sa monographie sur Jésus Christ. Il a ensuite parlé des problèmes auxquels est confronté le chercheur orthodoxe lorsqu’il étudie la littérature néotestamentaire occidentale. « Pendant plus de deux ans, la science néotestamentaire s’est développée sous l’influence de mythes. Un mythe ou un autre venait à l’esprit d’un chercheur ou d’un groupe de chercheurs, il était ensuite repris par d’autres spécialistes, qui l’analysaient, le complétaient, le développaient, le discutaient. Ainsi, le sujet de la quête scientifique était le mythe, et non le texte évangélique, qui ne servait plus que d’appui pour démontrer que les créateurs du mythe avaient raison. »

Selon l’un de ces mythes, les Évangiles ont été composés pour un auditoire concret, c’est-à-dire pour les communautés auxquelles appartenaient les évangélistes. Suivant cette théorie, les communautés judéo-chrétiennes isolées existant à la fin du Ier siècle, étaient soumises à des persécutions de la part des païens et traversaient des crises intérieures, à cause de conflits entre les nouveaux convertis venant du paganisme et ceux venant du judaïsme. C’est au sein de ces communautés que les Évangiles seraient apparus, leur objectif étant de confirmer dans leur foi les membres des communautés, de les consoler des persécutions de « l’extérieur », d’apaiser la « conflictogénité » interne. Chaque communauté, selon cette théorie, « projette ses problèmes et ses questionnements sur les récits de la vie de Jésus » : le texte évangélique est donc à percevoir à la lumière de ces problèmes et de ces questionnements. En pratique, cette conception revient d’abord à tirer, en partant du texte d’un des Évangiles,  des conclusions sur les principales caractéristiques des supposées communautés dans lesquelles ils auraient été rédigés, avant d’examiner ensuite le texte à la lumière des conclusions précédemment tirées.

L’intervenant a qualifié cette approche d’erronée, pour plusieurs raisons. D’une part, parce qu’elle ôte tout crédit à l’Évangile comme source historique, contenant des renseignements fiables sur ce que fit ou dit Jésus Christ. Elle fait de Jésus un personnage littéraire, créé par un auteur pour des besoins pastoraux concrets. En second lieu, cette approche sous-estime le rôle des échanges entre églises au Ier siècle : un large réseau de communications existait alors entre les communautés chrétiennes, permettant d’échanger rapidement et régulièrement des informations très variées. Dans ce contexte, on se représente difficilement un auteur écrivant un texte du calibre des quatre Évangiles pour les besoins étroits de sa communauté, sans penser au lecteur potentiel des autres communautés (sans parler des générations de lecteurs à venir). Enfin, cette approche est fondée sur le paradigme du « mode de pensée littéraire », pour lequel le processus de création des Évangiles se faisait dans le silence d’un cabinet, se bornant à écrire un texte et à le retravailler. Ce paradigme ne tient pas compte des particularités de la tradition orale, à l’intérieur de laquelle les Évangiles et leur prototype – certains sujets de la vie de Jésus et certaines de Ses sentences – avaient d’abord circulé pendant un temps visiblement assez long.

Le métropolite Hilarion a invité l’assistance à œuvrer à la « démythologisation » de la science néotestamentaire, c’est-à-dire à la débarrasser des mythes des chercheurs des XIXe et XXe siècles, n’étant pas fondés sur le texte du Nouveau Testament. L’avenir de la recherche néotestamentaire en dépend en grande partie.

Dans la seconde partie de son exposé, le métropolite Hilarion a parlé des paraboles de Jésus Christ. Selon lui, les paraboles de Jésus « sont un des éléments les plus difficiles à interpréter de Son discours oral. Elles étaient largement incompréhensibles même pour ses contemporains, comme le montrent les fréquentes demandes d’explication des disciples à Jésus. » Si Jésus parlait en parabole c’est aussi parce que « l’image même de Jésus, ses miracles et Sa prédication, pouvaient provoquer une réaction contraire : ils confirmaient la foi des uns, suscitaient le rejet et la haine des autres. »

Jean Chrysostome répond simplement, mais de façon convaincante, à la question de la nécessité des paraboles. Selon lui, Jésus parlait en paraboles « pour plus d’emphase » ; il se servait d’une langue « allégorique » pour parler de choses élevées. Selon saint Jean, « d’abord, Il ne leur a pas parlé en paraboles, mais simplement et clairement. Mais, comme ils ne l’écoutaient plus volontiers, Il se mit à leur parler en paraboles. »

La parabole, en tant que genre, est à mi-chemin entre la prose et la poésie. Les paraboles sont, généralement, énoncées sous une forme prosaïque, tandis que leur construction imagée, leur langue, la forme laconique de l’énoncé, les expressions, les formes proverbiales qui les accompagnent souvent (« que celui qui a des oreilles pour entendre, entende », « il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus » ; « les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers ») – rapprochent la parabole de la poésie, leur donne une coloration poétique. Ainsi, l’auditeur perçoit la parabole, comme il aurait perçu une poésie. Dans un poème, le lecteur ne cherche ni morale, ni instruction, il ne tire pas de conclusions : les images, les sonorités, le rythme, les jeux de maux et les autres procédés de l’écriture poétique sont dominants.

La parabole, par ailleurs, s’apparente à la fable ou au conte. Comme la fable, elle est bâtie sur le principe de la métaphore et, dans certains cas, se termine par une mise en perspective entre la métaphore et la réalité. Comme le conte, la parabole ne prétend pas être réaliste, elle peut contenir des détails fantastiques, se terminer plus tôt que l’auditeur ne le souhaiterait. Les enfants qui écoutent un conte ou une fable demandent souvent : « Et après ? » Cette question semble inconvenante ou comique aux adultes, car ils connaissent les lois du genre. Le genre de la parabole a aussi ses lois. L’une d’elles consiste à ne pas accorder à tous les détails de la parabole la même importance, chaque détail n’ayant pas forcément besoin d’être interprété. Saint Jean Chrysostome dit bien « que dans les paraboles, il ne faut pas faire attention à tout ».

A la fin de son exposé, le métropolite Hilarion a constaté que « l’Église est la gardienne de la doctrine de Jésus, c’est elle qui possède l’autorité pour l’interpréter. C’est dans l’Église que la tradition exégétique s’est développée pendant des siècles, permettant à des générations de chrétiens de comprendre le sens des paraboles, de les appliquer à leur propre vie, d’en tirer des leçons morales et des conseils spirituels. Sans tomber dans un allégorisme excessif, sans s’en tenir trop à la lettre, des commentateurs comme Jean Chrysostome ont projeté les paraboles de Jésus sur les situations vécues par leurs contemporains, les aidant à comprendre les paraboles non comme des théories, ce qu’elles n’ont jamais été, mais comme des guides pour agir. »

En même temps, explique le président du DREE, « aucune communauté ecclésiale ne peut « privatiser » Jésus et Sa doctrine, se rendre le détenteur exclusif des droits à Son héritage. Jésus est plus large que l’Église, car Il est Dieu, venu chez les hommes dans une chair d’homme. Sa personne et de Sa doctrine sont si universelles, qu’elles dépassent le cadre de l’Église. Jésus appartient au monde entier et à tout homme. Il peut parler à chacun, à celui qui est déjà dans l’Église, à celui qui chemine vers elle, à ceux qui en sont loin, comme ils sont loin de tout religion et de toute religiosité. » Les paraboles de Jésus « n’appartiennent pas seulement à l’Église et aux croyants. Elles appartiennent à l’humanité toute entière. Elles ont quelque chose à dire à chacun. »

Le métropolite Tikhon de toute l’Amérique et du Canada et les autres participants du banquet donné en l’honneur du hiérarque de l’Église orthodoxe russe, assistaient à l’exposé du métropolite Hilarion. Un millier de personnes ont pu entendre cette communication grâce aux moyens de communication à distance.

 

Partager:
Le patriarche Cyrille : le patriarche Bartholomée ne se considère pas comme le premier entre égaux, mais comme étant au-dessus de tous les autres

20.11.2021

Réunion du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe

08.11.2021

Réponses de Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies au magazine « Forbes France »

26.10.2021

Le patriarche Cyrille a répondu aux questions des participants du IXe festival « Foi et parole »

22.10.2021

Rencontre tripartite des leaders religieux de Russie, d’Azerbaïdjan et d’Arménie

13.10.2021

Le patriarche Cyrille a rencontré le président de la Direction des musulmans du Caucase, le cheik al-islam Allahchoukiour Pachazadé

12.10.2021

Rencontre du primat de l’Église orthodoxe russe avec le patriarche catholicos de tous les Arméniens

12.10.2021

Le patriarche Cyrille : le patriarche Bartholomée est tombé dans le schisme

27.09.2021

Le patriarche Cyrille a présidé une réunion du Saint-Synode de l’Église russe

23.09.2021

Le patriarche Cyrille inaugure une conférence sur la primauté et la conciliarité dans l’orthodoxie

16.09.2021

Le patriarche Cyrille ouvrira une conférence sur la primauté et la conciliarité dans l’orthodoxie

14.09.2021

Le patriarche Cyrille : Les forces du mal déchirent l’unité des Églises orthodoxes

29.08.2021

Condoléances du patriarche Cyrille suite au décès du président du Conseil des Musulmans d'Ouzbékistan

24.08.2021

Félicitations patriarcales au métropolite Onuphre de Kiev et de toute l'Ukraine à l'occasion de l'anniversaire de son intronisation

17.08.2021

Condoléances du patriarche Cyrille suite aux décès causés par l'explosion d'une citerne de carburant au Liban

16.08.2021

Le métropolite Hilarion : pour la première fois, les violations des droits des fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne ont été reconnues au niveau international

21.11.2021

Le métropolite Hilarion a qualifié d’infondées les déclarations des États-Unis sur les « violations des libertés religieuses en Russie »

21.11.2021

Le président du DREE en visite à la Représentation permanente de la Russie à l’ONU

17.11.2021

Le président du DREE à la représentation du Patriarcat de Moscou aux États-Unis

16.11.2021

Le métropolite Hilarion a salué la résolution du Comité des droits de l’homme de l’ONU sur les persécutions contre l’Église orthodoxe ukrainienne

16.11.2021

Le métropolite Hilarion : Le patriarche Bartholomée a initié un schisme sur le territoire canonique de l’Église russe

15.11.2021

Le président du DREE est intervenu à l’ouverture d’une conférence théologique au séminaire orthodoxe Saint-Vladimir de New York

12.11.2021

Le président du DREE a rencontré le secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États

09.11.2021

Le métropolite Hilarion : Le prix Nobel de la paix est devenu un instrument de manipulation politique

31.10.2021

Le métropolite Hilarion : Les défenseurs libéraux des droits de l’homme nient un droit fondamental : celui de naître

30.10.2021

Le métropolite Hilarion : L’Église invite à garder la mémoire des victimes innocentes des répressions

30.10.2021

A Londres, négociations entre le président du DREE et le représentant de l’archevêque de Canterbury sur les contacts avec l’Église orthodoxe

27.10.2021

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a répondu aux question de RIA Novosti

26.10.2021

Le métropolite Hilarion à Oxford

26.10.2021

Le président du DREE a participé à l’inauguration de l’exposition « Moscou grecque. De Théophane le Grec à nos jours »

23.10.2021

Le métropolite Hilarion : l’œuvre de Dostoïevski prêche les idéaux évangéliques

09.02.2021

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur a empli les eaux du Jourdain de Sa présence pour y laver les péchés des hommes

19.01.2021

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur permet à chacun de s’approcher du Royaume céleste dès cette terre

18.10.2020

Le métropolite Hilarion : La Mère de Dieu intercède pour chacun de nous devant le Roi des Cieux

14.10.2020

Fête de saint Serge de Radonège à la laure de la Trinité-Saint-Serge

08.10.2020

Le métropolite Hilarion : Le Royaume des cieux que Dieu a préparé est ouvert à tous

04.10.2020

Le métropolite Hilarion : La croix, instrument de mort honteux, est devenu le symbole du salut de millions d’hommes

27.09.2020

Le métropolite Hilarion : la Mère de Dieu nous est donnée comme Médiatrice céleste et souveraine, qui intercède pour notre salut

21.09.2020

Le métropolite Hilarion : L’Eucharistie est le repas de noces auquel le Seigneur Jésus Christ convie chaque de nous

13.09.2020

Le métropolite Hilarion : La foi est capable d’inspirer des prouesses dans la vie terrestre et d’ouvrir les portes de la vie éternelle

11.09.2020

Le métropolite Hilarion : La foi seule est insuffisante au salut

30.08.2020

Le métropolite Hilarion : La présence invisible de la Reine des Cieux se fait sentir dans nos vies

28.08.2020

Le métropolite Hilarion : Dieu est prêt à donner à chacun le don étonnant de la foi, mais il faut être prêt à le recevoir

16.08.2020

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur nous prie de chercher avant tout le Royaume de Dieu

28.06.2020

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur appelle tous les hommes à la sainteté

14.06.2020

Retour d'information

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Envoyer un message
Рус Укр Eng Deu Ελλ Fra Ita Бълг ქარ Срп Rom عرب